Sélectionner une page

Le 25 mai 2018 est une journée marquante en matière de protection de données. En effet, le règlement européen sera pleinement applicable à partir de cette date. Cette règlementation soumet les entreprises digitales à de nouvelles obligations. Ce texte pose également différents principes que les offreurs de services web doivent respecter. Pour ne rien laisser au hasard, il faut s’informer sur toutes les mesures à prendre pour se conformer à cette nouvelle législation.

Le Règlement Général sur la Protection des Données : plus qu’une directive européenne

La commission européenne s’est toujours inquiétée concernant le développement du marché digital. Pendant ces dernières années, de plus en plus d’établissements privés et publics proposent des services sur internet. Ce faisant, ces entités récoltent les fichiers personnels des internautes. Le détournement ou le vol de ces données constitue une atteinte à la vie privée de leurs propriétaires. De nombreux géants du web ont d’ailleurs été maintes fois poursuivis en justice à cause de leurs pratiques douteuses en matière de gouvernance de données.

Le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD) a été promulgué afin de renforcer les droits individuels des citoyens concernant leur vie numérique. Tout le monde dispose maintenant de tout un arsenal juridique pour faire valoir ses droits. La commission européenne compte également responsabiliser tous les acteurs. Les sociétés digitales doivent faire preuve de transparence et de rigueur dans la gestion de leurs worklfows. Les établissements concernés doivent respecter certains principes sans quoi ils recevront des sanctions.

Que faire pour se conformer au RGPD ?

En France, les établissements soumis au RGPD doivent consulter la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés. Cette entité informera les intéressés sur toutes les démarches à accomplir. D’ailleurs, les étapes à suivre dépendent des activités de la société concernée.

Les entreprises qui stockent une grande quantité de données doivent recruter un Délégué à la protection des données. Ce responsable s’assurera de la sécurité des données personnelles. De plus, il réalisera régulièrement un audit en guise de contrôle de la conformité des traitements automatisés.

Les petites structures ne sont pas obligées d’embaucher ce Data Protection Officer (DPO). Toutefois, la tenue d’une formation DPO est vivement conseillée. Grâce à cette séance, le personnel comprendra la nécessité de se conformer au RGPD. Les employés connaitront alors les bonnes pratiques pour éviter l’apparition des failles de sécurité. En outre, ils sauront les nouvelles habitudes à adopter. Afin de dénicher un formateur qualifié, il suffit de contacter une agence spécialisée.