Sélectionner une page

Trop souvent, lorsqu’une entreprise crée un site web, elle ne réfléchit à la question de l’hébergement qu’en fin de projet. C’est pourtant un élément déterminant pour l’accessibilité et le bon fonctionnement du site. Sur un marché large et en constante évolution, le choix de la solution la mieux adaptée n’est pas forcément évident pour tous. Voici quelques conseils en infrastructure web pour bien choisir son type d’hébergement, et donc son serveur.

Les trois principaux types d’offres d’hébergement

Un serveur mutualisé accueille plusieurs sites ayant une configuration identique sur plusieurs espaces d’hébergement. Bien que présentant l’avantage d’un coût abordable, mais les performances sont limitées. En effet, le partage des ressources techniques réduit le temps de chargement et compromet par conséquent le référencement par les moteurs de recherche. De plus, si le site est amené à évoluer et drainer un trafic plus important, il ne pourra pas répondre à ses nouveaux besoins. Il n’est donc adapté qu’aux sites à très petit budget et qui ne se destinent pas à grossir.

Avec un serveur physique dédié, une machine réelle complète associée à un espace privé est accordée à chaque site. Différentes configurations matérielles (modèle de processeur, taille de la mémoire, etc.) sont possibles. Elles conviennent parfaitement aux volumes de trafic moyens ou élevés et peuvent être étendues pour satisfaire une hausse de trafic. Afin de payer moins cher, l’infogérance est une option efficace : le prestataire possède l’infrastructure et se charge de tout. En cas de besoin d’une extension des capacités, il attribue l’espace et les ressources nécessaires.

Enfin, l’entreprise peut opter pour un serveur dédié virtuel ou VPS (Virtual Private Server). Cette machine virtuelle hébergée sur un serveur plus puissant permet davantage de flexibilité et de réactivité, surtout dans l’allocation de ressources. L’indépendance des serveurs virtuels facilite la gestion des machines et les mises à niveau sans impacter tout le réseau. Plus onéreux que le serveur mutualisé, mais moins que les serveurs physiques dédiés, il offre une meilleure qualité de service.

Les critères de sélection d’une solution d’hébergement

Outre l’aspect financier, plusieurs paramètres doivent être pris en considération pour retenir un bon prestataire d’hébergement web.

Un serveur situé en France est idéal, car en cas de problème, l’assistance est plus rapide. Pour des données sensibles, les datacenters localisés aux États-Unis ou sous tutelle d’entreprises américaines doivent se plier aux dispositions du Patriot Act.

L’étendue des services annexes compris dans l’offre est également essentielle, en particulier en matière de relation client, car elle détermine la réactivité et la qualité de la prise en charge. Il est d’ailleurs conseillé de tester le service client pour se faire une idée de la prestation qu’il fournira lors de la survenue d’incidents : pour cela, il suffit de lui demander par téléphone ou par mail des détails concernant la mise en place du service.

Le recours à un expert du conseil en infrastructure web est recommandé pour accompagner le client dans la recherche de la solution adéquate et son déploiement.