Posted on: 11 novembre 2021 Posted by: Xavier Comments: 0
SIG

Le métier de cartographe n’est pas facile. Il faut beaucoup de temps et de travail acharné pour établir des représentations cartographiques. C’est la raison pour laquelle les experts topographes utilisent davantage les nouvelles technologies. On parle notamment du SIG. Il s’accompagne de différentes fonctionnalités utiles.

Quelle est l’utilité d’un système d’information géographique ?

Le SIG ou Système d’Information Géographique est un programme informatique dédié aux topographes et aux cartographes. Il facilite grandement leur travail grâce aux différentes fonctions du SIG. Il sert généralement à optimiser la gestion de l’espace urbain. L’utilisation d’un SIG répond à des objectifs bien définis. Il permet notamment de simplifier la compréhension des territoires en mettant en évidence les enjeux et contraintes y afférentes. Les données analysées ont une valeur inestimable. En raison, elles sont utilisées dans le cadre de l’élaboration de stratégies de gestion patrimoniale. Il faut juste apprendre à bien apprendre à bien se servir du SIG. Il s’agit d’un outil informatique réservé aux géomètres-topographes.

Le SIG constitue un véritable logiciel de cartographie. Les données analysées sont fiables et permettent de créer des représentations (numériques) réalistes. Elles servent à des fins spécifiques. S’il est bien utilisé, le SIG apporte une vision d’ensemble du cycle de l’eau dans une zone urbaine dense. Il permet également d’analyser les relations entre la couverture des services. Le SIG trouve son utilité lors de l’édition des résultats de tests ainsi que de l’exploitation des infrastructures de télécommunication. Il permet aussi d’assurer la prospection et l’acheminement de sources minières. Idem pour la rationalisation du transport de personnes et de marchandises. D’autres fonctions utiles sont associées au SIG. Il est donc important de les connaître.

Quelles sont les principales fonctions d’un SIG ?

D’un point de vue concret, le SIG révolutionne les techniques topographiques. Les méthodes rudimentaires laissent place aux nouvelles technologies. Elles contribuent énormément à la résolution des problématiques liées aux métiers des topographes et cartographes. Le SIG, par exemple, permet de réaliser des analyses statistiques et spatiales pointues. Parmi ses autres fonctions, il y a l’historisation des données géolocalisées. Elles sont stockées dans des serveurs sécurisés, accessibles uniquement aux administrateurs autorisés. Ils peuvent y apporter des modifications à tout moment. Les dernières mises à jour effectuées sur son patrimoine sont consultables par l’ensemble des acteurs du projet. Ils vérifient régulièrement les données récoltées et traitées afin d’y détecter des erreurs ou omissions.

La cartographie numérique constitue un atout majeur dans le cadre de la réalisation d’un projet urbain. L’objectif étant de modéliser des plans ou des cartes détaillées comportant toutes les informations essentielles à savoir. Il devient ainsi possible de simplifier la visualisation des données cartographiques. Elles sont généralement stockées dans des bases de données partagées. Et cela facilite l’accès aux informations clés. Afin de se prémunir contre les vols de données, des restrictions d’accès sont indispensables. La plupart d’entre elles étant de grande valeur. Il serait dommage de les perdre à cause de la négligence. En cas d’absence de certaines données topographiques, les cartes ou plans édifiés seront inutilisables. D’où la nécessité de bien sécuriser sa base de données liée à un SIG.

Partager